Artists Gallery Calendar News Art Fairs Publications Contact

Selected works of the exhibition
Press Release (English)
Press Release (French)
Print press release
Print images...




Carole Benzaken

...toi
January 12 - March 2, 2019
Cloître Saint-Merri, Paris










La Galerie Nathalie Obadia est très heureuse de présenter Là-bas...Toi, la huitième exposition personnelle de Carole Benzaken depuis 1993, qui investira pour la première fois simultanément les deux galeries rue du Bourg-Tibourg et rue du Cloître Saint-Merri.

En construisant depuis près de 30 ans une oeuvre polysémique qui rançonne les flux d’images pour prélever des instantanés, Carole Benzaken élabore méthodiquement un travail homogène qui n’empêche nullement les ramifications hétérogènes de se former. L’artiste questionne la profusion et la précipitation avec lesquelles ces images nous assaillent en permanence, provoquant un sentiment de satiété quant à une multiplicité visuelle qui n’est jamais assouvie.

Dans la galerie de la rue du Bourg-Tibourg, Carole Benzaken présentera la série des Greffes, huit tableaux de format identique dont les variations chromatiques manoeuvrent du vert acide au plus amical des roses. Le sujet de l’oeuvre est dissimulé par la peinture et se dérobe à notre capacité de reconnaissance tant les effets d’accélérations de vitesse le masquent. Seules quelques lignes verticales viennent battre la mesure de cette frénétique horizontalité, scandant les folles échappées du pinceau de l’artiste. En une oralité et une musicalité éloquente («Je peins comme je parle» dit l’artiste), ces tableaux emportent le spectateur dans une course spatiale et temporelle puissante.

De la même manière, la série des Au réveil, il était midi* présentée à la galerie de la rue du Cloître Saint-Merri, contrarie aussi notre entendement. Si l’on pense distinguer des arbres, des habitations, des murailles ou un paysage sous la neige ; la succession de cadres tels des fenêtres d’écrans  hypertextuels qui viendraient se surimposer aux  meurtrissures froissées de peinture blanche (fourmillement de lettres oubliées ou d’une nuée de volatiles) déjouent toute tentative d’identification raisonnée. Après les (Lost) Paradise, ces peintures nous parlent de lieux archétypaux où l’empreinte des hommes serait brouillée par le processus pictural   superposant un ensemble de couches plus ou moins translucides. Ces paysages sont illuminés par   un trouble perceptif analogue aux vibrations lumineuses et colorées des écrans contemporains.

Les oeuvres sur papier Portée d’Ombres perpétuent ce sentiment de défaillance de la représentation, de cette figuration si trompeuse qu’elle en devient abstraite. En écho à la division par tranche et lamelles verticales, ces dessins à l’huile en bâton reprennent le motif cher à Carole Benzaken des branchages, comme manifestations imagées de la filiation, de la racine à la transmission. Tandis que les petits Germes Rouges cuits dans le verre cadencent la galerie d’une vivacité colorée agissante comme contrepoints des Greffes, les deux grands Trees tempèrent l’accrochage avec la sérieuse impénétrabilité d’une forêt de bouleau.

Dans la lignée des paysages africains, des (Lost) Paradise, des I-Bowa, des Od drzwi do drzwi ou de Saviv Saviv qui incarnaient alors des questions de mémoire traumatiques et textuelles, ce nouvel ensemble  d’oeuvres permet  une incursion inédite dans la généalogie personnelle de l’artiste. Tandis que la contamination continue à se déployer (déplier) dans l’espace, Carole Benzaken poursuit ses expérimentations picturales et ses déplacements nécéssaires en informant chaque monde technique par un autre, problématisant ainsi son désir de peindre et de penser l’image aujourd’hui.

* Extrait du poème L’Aube, d’Arthur Rimbaud

-------------------------

Née en 1964 à Grenoble, Carole Benzaken vit et travaille à Paris.

Diplômée en 1990 de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Carole Benzaken fait une entrée remarquée sur la scène artistique en exposant à la Fondation Cartier pour l’art contemporain dès 1994.

Lauréate du Prix Marcel Duchamp 2004, elle présente l’exposition Search for the New Land à l’espace 315 du Centre ­Pompidou. Le travail de Carole Benzaken a fait l’objet  de nombreuses expositions personnelles telle l’exposition ­monographique au ­Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris en 2011, au Musée des Beaux-Arts de Nancy au printemps 2014 ainsi qu’à la BWA Contemporay Art Gallery à Katowice, en Pologne à l’automne 2015. Plus récemment, elle a aussi bénéficié d’ ­expositions personnelles au prestigieux Carré Saint-Anne à Montpellier, au Museum Slaskie à Katowice, Pologne en 2016, ou au Musée de Louviers en 2017.

Elle a bénéficié d’expositions significatives dans des institutions prestigieuses, notamment avec La terre la plus contraire à la Fondation Fernet Branca (Saint Louis, France), Invitation au Voyage - 15 ans du Prix Marcel Duchamp en 2015 à La Centrale (Belgique), Miss Dior en 2015 (Pékin, Chine), Une spiritualité au féminin en 2013 au Musée d’Art Sacré (Dijon, Musée du ­Hiéron, Paray-le-Monial, France), Palmiers, palmes et palmettes en 2013 au Musée Masséna (Nice, France), Elles@centrepompidou en 2009 au Centre Pompidou (Paris, France), Contemporary Cool and Collected en 2007 au Mint Museum of Art, (Charlotte, USA), Eye on Europe : Prints, books and multiples, 1960 to now en 2007 au MOMA (New-York, Etats-Unis).

L’oeuvre de Carole Benzaken est présente dans de prestigieuses collections publiques et privées, telles que la Royal ­Academy of Arts (Londres, Royaume-Uni), le Museum of Modern Art (New-York, Etats-Unis), le Musée d’Art Contemporain du Val de Marne (MAC VAL-Vitry, France), le Fonds Régional d’Art Contemporain (Alsace, France), le Musée national d’art moderne - Centre Pompidou (Paris, France), le Fonds National d’Art Contemporain (France), le Fonds Régional d’Art Contemporain (Midi-Pyrénées, France), la Fondation Cartier (Paris, France), le Fonds Régional d’Art Contemporain d’Ile de France (France), Fonds Régional d’Art Contemporain (Auvergne, France), la Collection Fondation LVMH (France).

Son travail a également fait l’objet de plusieurs commandes publiques comme pour le Mobilier National en 1998 avec la réalisation d’une tapisserie, l’Eglise Saint-Sulpice de Varennes-Jarcy en 1997-2001 avec la production de vitraux, le hall du 32, rue Blanche à Paris en proposant un polyptyque verrier monumental rétro-éclairé et programmé en 2009-2012.

Carole Benzaken fut récompensée par de nombreux prix et distinctions, notamment avec le Prix Albert Rocheron en 1991, en étant nommée Chevalier des Arts et lettres en 1998, puis Officier des Arts et des Lettres en 2008, puis Chevalier de la Légion d’honneur en 2011.

En 2019, son travail fera l’objet d’expositions personnelles au printemps à L’ Abbaye de Cluny - invitée par le Centre des Monuments Nationaux, et pendant l’été au Château de Tournon à Tournon sur Rhône.